Histoire de Bourscheid-Moulin

   

 

Extrait du livre "Les moulins du Grand-Duché de Luxembourg" de Emile ERPELDING

En 1429 Gotthard de Brandenbourg autorise Bernhard de Bourscheid à construire un barrage pour un nouveau moulin près de la rivière “Sûre“. 1506: Johann, le vieux “meunier“ de Bourscheid, est sous-prévôt à Diekirch. Comme signe de remerciement pour l’autorisation d’ériger un moulin en contre-bas du château, le seigneur de Bourscheid et son épouse Marguerite d’Autel s’engagent en 1529 à remettre annuellement à la St. André un demi malter de seigle au seigneur de Brandenbourg. 1565: Les von Zandt vendent leur part du moulin à Karl et Dietrich de Metternich. 1662-1667: Facture des frais de construction au château et du moulin de Bourscheid établie par Johann-Heinrich Veyder, secrétaire de la seigneurie de Malberg. 1685: Contrat de location pour le moulin entre Marie Treip et Jean-François Tesch.     

1714: Construction du nouveau moulin par le baron de Metternich et son épouse: une pierre représentant le blason ainsi que l’année de construction est incorporée dans le pignon du moulin. Le précédent moulin était établi à quelques 500 m en amont du nouveau moulin, au lieu-dit:“bei der aler Millen“. 1717: L’avocat J.Th. Marnach fait rappeler, par l’intermédiaire du notaire Welther de Diekirch les assujettis de Hoscheid, leur obligation d’effectuer les travaux manuels et transports nécessaires pour la construction du moulin. En 1723 la paroisse de Bourscheid porte plainte contre le meunier du fait qu’il ne remplit pas ses quotas en main-d’oeuvre et en charroi pour la construction de l’église paroissiale à Bourscheid. 1724: Vu que le meunier a été acquitté en cette affaire par le tribunal, la paroisse fait appel contre le jugement. L’employé de guerre français zu Nidentfeld, P.H. Faraije, délivre en 1729 au meunier de Bourscheid des laissez-passer pour le transport des meules de moulin. 1742: La cour d’assises de la seigneurie de Bourscheid condamne un assujetti de Bürden à une amende de 30 florins en or pour ne pas avoir fait moudre ces grains au moulin et ne pas avoir réalisé les transports obligatoires pour le moulin.

1760: Etablissement de la fortune des seigneurs de Bourscheid. Sont bannies au moulin les localités de Bourscheid, Michelau, Bürden et Hoscheid. Obligation aux bannies d’accomplir des travaux pour l’entretien du moulin, du canal à moulin, du barrage, des écluses, du transport des meules de moulin. Revenu: 17 malter de seigle, un malter de farine d’avoine, un cochon, 12 florins, 100 oeufs, un chevreau, 45 anguilles et 4 livres d’épices. 1175: Anne Majerus. veuve de Peter Dhrees du moulin de Bourscheid se marie avec Peter Koch de la Bleesmühle. 1787: Le moulin en coercition juridique du siège royal à Diekirch. 1788: Thomas Dhrees, fils des époux Peter Dhrees et Anne Majerus, se marie avec Anna-Maria Trausch de Fentingen. 1803: Actuel propriétaire du moulin est Loeis.

1810: Procès entre François-Joseph de Schmitburg et le meunier Michel Dhrees. 1812: Moulin et annexes achetés aux enchères pour le prix de 10.302 Francs par le laboureur Frédéric Kremer d’Alscheid. Frédéric Kremer et son beau-père Bernard Mathieu afferment le moulin à Johann Hirsch de Michelau. 1819: Le notaire Vannérus confirme avoir reçu de Marie Mathieu, veuve de Frédéric Kremer, la somme de 10.302 Francs. 1824: Pierre Mersch, deuxième mari de Marie Mathieu, est inscrit au cadastre comme propriétaire du moulin. 1827: Bernard Mathieu est co-propriétaire du moulin. Nicolas Kremer, fils de Frédéric Kremer dirige le moulin. En 1854 il déplace le barrage de moulin à environ 600 m en amont du moulin. Le vieux barrage, établi directement en amont du moulin, est supprimé et enlevé. Nicolas Kremer ajoute deux passages à son moulin, un pour la farine et un autre pour l’exploitation d’un moulin à huile. Quatre roues hydrauliques en bois de 4 mètres de diamètre et d’une largeur de 0,80 m font marcher le moulin. Nicolas Kremer est marié en première noce avec Maria Mersch de Bourscheid et en deuxième noce avec Joséphine Welter de Buschrodt. Martin, son fils de deuxième noce, se marie en 1893 avec Marguérite Winandy de Welscheid.

         

1895: Construction d’un nouveau pont au-delà de la “Sûre“ à une centaine de mètres en amont du moulin. Ce pont à une arche (aujourd’hui: 3 arches) servait à l’ingénieur Michel Rodange comme modèle pour le pont Adolphe à Luxembourg/Ville. 1896: Le domestique André Bourgmeyer est mort accidentellement lors du transport de blé. 1911: Début de la production d’électricité. 1917: La population des alentours demande au gouvernement de rouvrir le moulin fermé pour cause d’application de lois de guerre très sévères. Mort de Martin Kremer. Continuation de l’établissement par les soeurs Kremer. 1918: Nouvelle installation de chaises de roulage et de blutoirs par le constructeur de moulins Oth et remplaçement des roues hydrauliques par une turbine. Après la première guerre mondiale, aggrandissement et extension du petit bâtiment de moulin en établissement d’hébergement. 1929. Construction d’un nouvel hôtel au nom de “Hôtel du Moulin“ à côté du pont de la “Sûre“. Au moulin, fin de la production de farine; jusqu’en 1950 simplement broyage pour les cultivateurs des environs. 1944-45: Pendant la grande “Offensive des Ardennes"  18 personnes sont cachées devant l’ennemi allemand dans les caves du moulin. 1945: En se sauvant, le dernier des soldats allemands faut sauter le pont. Propiétaire actuelle du moulin est la veuve de Aloyse Kremer, Barbe Schmit (Michelau). L’Hôtel du Moulin est dirigé par Charles Kremer.

Evolution touristique du Moulin de Bourscheid et des campings.

Après la première guerre mondiale, le moulin de Bourscheid fut donc aménagé en petit établissement d’hébergement. Comme le moulin servait jusqu’en 1929 principalement à la production de farine, cette production devait toutefois être arrètée pour des raisons économiques. par contre le travail à l’exploitation agricole ainsi qu’à l’exploitation hôtelière fut intensifié.

          

Vu que toujours plus de gens découvraient ce parcous romantique de la “Vallée de la Sûre“ et des Ardennes luxembourgeoises et que de ce fait d’énormes foules venaient de tous les coins pour passer, surtout le weekend, aux abords de la "Sûre" et à se régaler dans une agréable ambiance dans le restaurant du moulin, la famille Kremer commençait à construire en cette même année un nouvel hôtel à quelques pas du moulin de Bourscheid existant. Afin de satisfaire aussi les baigneurs, des vestiaires et un stand de vente de boissons furent érigés par la même famille Kremer en amont de la “Sûre“ près du barrage à l’entrée du canal à moulin et donc à quelques centaines de mètres du vieux moulin

Un des membres de la famille, Aloyse Kremer, se mariait en 1946 avec Barbe Schmit de Michelau. De ce mariage sont issus deux fils, Alex et Georges ainsi qu’une fille, Marie-Jeanne. Aloyse Kremer, entretemps seul propriétaire du moulin et des prés le long de la “Sûre“, avait déjà très tôt compris que la seule exploitation des prés à des fins agricoles ne serait plus rentable. De ce fait il se tourna vers un nouveau marché, le camping, et à la fin des années 50 il commença avec la réalisation de son premier camping “du Moulin“. Après plusieurs phases de travaux de construction, le nouveau camping 1ère classe fut officiellement inauguré en 1967 par M.le Ministre de l’Intérieur et du Tourisme de cette époque, Henri Cravatte.

      

Vers la moitié des années 60, les soeurs Kremer se sont définitivement séparés et comme Aloyse Kremer, malgré le soutien de sa femme et de ses trois enfants ne savait plus résister au très grand afflux de campeurs, venant surtout des pays plats (Flandres, Hollande), il décida ensemble avec sa famille, de construire un deuxième camping 1ère classe en aval du moulin, “um Gritt“.

Aloyse Kremer a remis en 1977 les deux campings à ses enfants.

Le "Camping du Moulin“ est exploité aujourd'hui encore par sa fille Marie-Jeanne.

Ensemble avec ses trois enfants la veuve d'Aloyse Kremer, Barbe Kremer-Schmit (décédée en 2011) a réalisé des travaux de rénovation des caves voutées existantes, pour ouvrir en l'année 1993 dans l'enceinte de leur maison natale une "brasserie".

     

      

Cette brasserie, dirigée aujourd'hui par le sympathique couple Roy Beugels et Lynn Baulisch,  représente une valorisation pour les 2 campings, pour le tourisme local et régional et attire une vaste clientèle de tout âge.

  www.amkeller.lu                                                

 

Des travaux de rénovation ont été réalisés pendant l'hiver 2014/2015

cuisine